« Nourrir une métropole », un film de Wilfrid Duval : Quels avenirs possibles pour l’agriculture urbaine dans le Grand Paris ?

Affiche du film Nourrir une métropole

Le Grand Paris et ses territoires

Wilfrid Duval, urbaniste de formation qui se définit aujourd’hui comme vidéaste urbain, réalise de courts documentaires qui abordent diverses problématiques liées aux villes, en particulier dans le cadre de l’aménagement du Grand Paris. Ce projet de « nouvelle métropole » a pour vocation de créer du lien entre Paris et ses banlieues, d’apporter une cohérence entre les territoires franciliens et de devenir un pôle de compétitivité économique.

Le documentaire « Nourrir une métropole » réalisé en 2016 présente en une vingtaine de minutes les enjeux majeurs du développement de l’agriculture urbaine en région parisienne dans les années à venir et les questions politiques, économiques, sociales, alimentaires, voire culturelles que cette tendance entraîne.

Retour aux sources maraîchères de l’Ile-de-France

Autrefois vaste patrimoine maraîcher, l’Ile-de-France consacre aujourd’hui la grande majorité de ses terres agricoles aux monocultures de céréales, de colza et de betteraves. Une production qui permet en partie d’alimenter les Franciliens mais surtout destinée à l’export. Quelques maraîchers trouvent encore leur place sur le territoire notamment grâce à une clientèle « locavore » qui s’approvisionne en vente directe et via les paniers proposés par des Amap (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne). A l’exception de ce microcosme, le profil agricole du territoire ne permet pas au consommateur de la région parisienne de s’alimenter en circuits courts pour ses fruits et légumes frais.

Le maraîchage en Ile-de-France a-t-il encore un avenir ?

Dans le cadre de la construction du Grand Paris, les acteurs de la métropole comptent donc remettre les enjeux alimentaires au cœur des discussions en promouvant l’agriculture urbaine : au lieu d’importer les produits dont les habitants ont besoin, on les produit directement en centres-villes. Ce plan répond a priori au besoin d’autonomisation alimentaire des villes (le film rappelle que si Paris n’était plus en mesure d’importer des denrées alimentaires, les habitants ne pourraient pas se nourrir au-delà de 3 jours) et à la demande croissante des consommateurs de pouvoir s’approvisionner en circuits courts avec un impact environnemental et économique moindre.

Mais l’agriculture urbaine peut-elle et doit-elle réellement répondre à ces enjeux ?

Agricultures urbaines « low tech » et « high tech » : l’heure du choix

Secteur en pleine effervescence, l’agriculture urbaine regroupe de nombreux acteurs aux caractéristiques et aux priorités différentes. Le documentaire montre deux mouvements distincts au sein de la même appellation d’agriculture urbaine.

Il y a d’abord un mouvement citoyen de retour à la terre qui consiste à se réapproprier les espaces urbains délaissés (friches, pieds d’arbres, toitures, etc.) pour y créer des potagers participatifs. Jardins partagés, familiaux, permis de végétaliser : tous relèvent de cette agriculture urbaine que l’on qualifie de « low tech ». Les acteurs de ce pan de l’agriculture urbaine sont bien sûr les citadins mais également les collectivités qui mettent une partie de leur patrimoine foncier à disposition pour la réalisation de ces projets. C’est essentiellement de ce type d’agriculture urbaine dont il est question dans les articles de La Ville Pousse pour ses multiples vertus directes et indirectes : revalorisation des sols, sensibilisation des citoyens aux enjeux environnementaux, bénéfices pédagogiques, solidarité entre voisins, etc.

L’agriculture urbaine « high tech » regroupe de son côté des acteurs économiques : entreprises, start-ups… Il s’agit pour beaucoup de projets dits hors sol (sans contact direct avec la terre), d’aquaponie, d’hydroponie, de tours maraîchères comme on peut en apercevoir dans le film. Les objectifs de cette agriculture urbaine sont d’abord productifs et financiers : il s’agit de cultiver fruits et légumes en grande quantité en ville, à proximité des acheteurs. On est bien dans le cadre de circuits courts, puisque la distance entre le producteur et le consommateur est réduite à son minimum. Mais comme le montre le documentaire lors de l’interview d’Antoine Lagneau, coordinateur de l’Observatoire de l’Agriculture Urbaine de Natureparif, le modèle de l’agriculture urbaine « high tech » pose problème pour plusieurs raisons. En ne respectant pas la saisonnalité des produits et en déconnectant la production agricole des sols, ce mouvement ne participe pas à la sensibilisation des citadins à la nécessité de repenser notre alimentation et de la réadapter aux capacités de production des agriculteurs français. Le message véhiculé par l’agriculture urbaine « high tech » peut se lire ainsi : puisque nous sommes en capacité de produire fruits et légumes toute l’année en ville à l’aide de nouvelles technologies, nous pouvons désormais nous passer des surfaces agricoles rurales. Ce postulat contribue à justifier l’artificialisation des sols en périphérie des villes par le grignotage progressif des parcelles agricoles, qui détruit à la fois les ressources naturelles et les vies professionnelles des agriculteurs.

Un exemple d’agriculture urbaine « high tech » : les fraises cultivées par la start-up Agricool dans un conteneur en plein Paris

Ce que le film « Nourrir une métropole » montre très bien, c’est que ces mouvements d’agriculture urbaine véhiculent des valeurs si différentes qu’il est nécessaire de faire un choix entre ces deux modèles « low tech » et « high tech ». Ce choix relève en grande partie de la décision politique : les élus locaux privilégient un mode de pensée plutôt qu’un autre dans le cadre de leur politique d’aménagement du territoire et lors des appels à projets. Le concours Inventons la métropole, dont les résultats ont été dévoilés il y a quelques semaines, en est un exemple : les collectivités du Grand Paris ont fait un appel à candidatures pour repenser des lieux de leurs territoires (gares, friches, etc.). L’agriculture urbaine faisant partie du cahier des charges des candidats, il est intéressant de se pencher sur les projets privilégiés par les collectivités, certains plutôt orientés « low tech », d’autres résolument « high tech ».

Quels choix pour le citadin ?

Enfin, le documentaire met en lumière un dilemme particulièrement complexe : celui de l’acheteur. Nombreux sont les citadins du Grand Paris qui souhaitent aujourd’hui s’alimenter et consommer au mieux. Alors que choisir ? S’approvisionner en Amap : c’est une excellente option pour encourager les circuits courts, encore faut-il pouvoir trouver une petite place sur les listes d’attente franciliennes. Mais les produits des Amap sont très rarement issus de l’agriculture biologique. Faire ses courses en supermarché Bio alors ? Une bonne solution pour sa santé, mais les produits des grandes enseignes Bio proviennent très souvent de pays lointains, particulièrement si l’on est amateur de produits exotiques (bananes, avocats, chocolat, café…). Il existe trop peu de solutions pour celles et ceux qui souhaitent à la fois réduire leur impact environnemental et préserver leur santé.

Les chiffres du GAB IDF

Pour le Groupement des agriculteurs Bio d’Ile-de-France (GAB IDF), la volonté des agriculteurs est bien là : en 2015 et 2016, on compte 52 nouvelles exploitations en Bio sur le territoire francilien, soit près de 4 000 hectares. Conscients de la demande du côté des consommateurs, les agriculteurs d’Ile-de-France souhaitent être encouragés à l’installation ou la conversion de leurs cultures en Bio. Mais les actes ne suivent pas les discours politiques, à l’image de la récente décision du gouvernement de supprimer le financement d’État de l’aide à la conversion en Bio et l’annonce d’un objectif de développement de l’agriculture biologique inférieur à la dynamique actuelle du marché. Pour réconcilier les enjeux des producteurs et des consommateurs dans le Grand Paris, il devient pourtant indispensable de redonner de la valeur aux sols et aux ressources naturelles dont nous disposons.

Si l’agriculture urbaine est un outil formidable à la portée des citoyens pour se réapproprier des espaces vacants en villes et s’éveiller aux enjeux alimentaires, environnementaux et sociaux d’aujourd’hui, il faut donc veiller à ce que son pendant commercial ne mette en péril les véritables approvisionneurs du Grand Paris.

Le film de Wilfrid Duval permettra à chacun de se faire son avis sur la question !

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.