Mixité sociale dans les jardins partagés : conseils et points de vigilance

Les recherches en sciences sociales se sont multipliées au sujet des jardins partagés ces dernières années sur une question en particulier : est-ce que les jardins permettent à des personnes de milieux sociaux différents de se rencontrer et d’échanger ? L’une des motivations affichées des porteurs de projets en agriculture urbaine – qu’il s’agisse de collectivités, d’associations ou autres – est de fédérer autour d’un même lieu des voisins qui ne se connaissent pas et qui diffèrent les uns des autres par leurs revenus, leurs classes d’âge, leurs genres, leurs origines ethniques, leurs opinions politiques… L’objectif est donc de créer un brassage diversifié, où des individus aux profils sociaux hétérogènes cohabitent et portent un projet collectivement. La pertinence de cette approche fait pourtant débat, certains observateurs mettant en doute la possibilité de créer une véritable mixité sociale, pressentant que ces projets seront toujours accaparés par les catégories sociales dites dominantes, communément désignées comme les « bobos » du quartier.

En tant que chargée de projets d’agriculture urbaine pour la Ville de Gennevilliers et ayant travaillé auprès d’autres collectivités depuis plusieurs années à ce sujet, je me suis fait un avis personnel sur la question et ai mis au point une méthodologie de projet que je souhaite partager. La conclusion que je retire du terrain est la suivante : oui, les jardins partagés peuvent être vecteurs de mixité sociale mais si tel est le but recherché, il y a un certain nombre de facteurs à prendre en compte, tant dans la conception que dans le suivi du projet, et des écueils à éviter. Et même lorsque l’on suit une méthode rigoureuse, il arrive que les processus classiques de communautarisme ou de domination sociale prennent le pas sur le projet. Lire la suite Mixité sociale dans les jardins partagés : conseils et points de vigilance

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’éco-pâturage : pourquoi et comment s’y mettre ?

Depuis le 1er janvier 2017, toutes les collectivités françaises ont dû renoncer à l’utilisation de pesticides pour entretenir leurs espaces verts. Si certaines s’y étaient préparées depuis plusieurs années, la règle du « zéro phyto » reste un bouleversement pour la plupart des services techniques qui doivent repenser leurs modes de gestion des espaces publics (cet article à lire sur le sujet). Dans ce contexte, l’éco-pâturage trouve toute sa place. Comme l’ont expérimenté certaines villes pionnières depuis les années 1980, faire pâturer du bétail dans les parcs et jardins s’est imposé comme l’un des moyens les plus économiques, écologiques et sympathiques de gérer les espaces verts. Près de 300 collectivités se sont converties à l’éco-pâturage entre 2000 et aujourd’hui : quels avantages y trouvent-elles, et comment le développer sur son territoire ?

Lire la suite L’éco-pâturage : pourquoi et comment s’y mettre ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

La multiplication des ruches en ville favorise-t-elle vraiment la biodiversité ?

Le miel récolté sur les toits de l’Opéra parisien, plébiscité pour sa qualité

On assiste depuis quelques années à un engouement sans précédent pour l’installation de ruches en ville, chez les particuliers mais aussi sur les toits des équipements publics et des entreprises. Les articles de presse contant les bienfaits de l’apiculture urbaine et la qualité du miel produit en ville se multiplient, et pour cause : les villes ayant aujourd’hui interdiction d’utiliser des produits phytosanitaires sur les espaces publics, elles se révèlent être des espaces favorables à l’accueil des abeilles domestiques. Lire la suite La multiplication des ruches en ville favorise-t-elle vraiment la biodiversité ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Nourrir une métropole », un film de Wilfrid Duval : Quels avenirs possibles pour l’agriculture urbaine dans le Grand Paris ?

Affiche du film Nourrir une métropole

Le Grand Paris et ses territoires

Wilfrid Duval, urbaniste de formation qui se définit aujourd’hui comme vidéaste urbain, réalise de courts documentaires qui abordent diverses problématiques liées aux villes, en particulier dans le cadre de l’aménagement du Grand Paris. Ce projet de « nouvelle métropole » a pour vocation de créer du lien entre Paris et ses banlieues, d’apporter une cohérence entre les territoires franciliens et de devenir un pôle de compétitivité économique.

Le documentaire « Nourrir une métropole » réalisé en 2016 présente en une vingtaine de minutes les enjeux majeurs du développement de l’agriculture urbaine en région parisienne dans les années à venir et les questions politiques, économiques, sociales, alimentaires, voire culturelles que cette tendance entraîne. Lire la suite « Nourrir une métropole », un film de Wilfrid Duval : Quels avenirs possibles pour l’agriculture urbaine dans le Grand Paris ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Jardins des Vertus à Aubervilliers : l’esprit de résistance des jardins familiaux préservé

En contrebas du Fort d’Aubervilliers, au pied de grands ensembles et à l’intersection de trois communes franciliennes (Aubervilliers, Bobigny et Pantin) se trouve une oasis : les jardins familiaux d’Aubervilliers, où des dizaines d’habitants des alentours cultivent leurs fruits et légumes. Depuis 1935, l’association des Jardins des Vertus gère 2600 m² de terre, répartis en 85 parcelles. L’accès aux lieux est réservé aux adhérents et à leurs invités : il ne s’agit pas de jardins partagés ouverts sur la rue tels qu’on les voit aujourd’hui en centre-ville, les Jardins des Vertus appartiennent au genre des « jardins familiaux ». Hérités d’un engouement né il y a 150 ans en pleine industrialisation des sociétés occidentales, ils représentent encore l’esprit de liberté et d’émancipation qu’on leur attribuait alors. Lire la suite Les Jardins des Vertus à Aubervilliers : l’esprit de résistance des jardins familiaux préservé

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Qu’est-ce qu’on attend ? » : la recette d’une transition écologique réussie

Qu’est-ce qu’on attend ? est un documentaire sorti en salles le 23 novembre dernier, réalisé par la talentueuse et engagée Marie-Monique Robin (Le Monde selon Monsanto, Sacrée croissance !). Ce film restitue l’enquête menée par la réalisatrice dans la commune d’Ungersheim, en Haut-Rhin, qui attire et intrigue par son innovation : cette commune de 2 200 habitants est un modèle de territoire ayant réussi sa transition écologique et énergétique. Un cas d’école qui méritait bien ses deux heures de film dont on sort reboosté et plein de volonté ! Lire la suite « Qu’est-ce qu’on attend ? » : la recette d’une transition écologique réussie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Des jardins en pied de logements sociaux

Dans les années 1950-1970, la construction rapide et massive de logements sociaux a donné lieu aux grands ensembles, ces tours aujourd’hui vivement critiquées pour leur insalubrité et l’exclusion sociale qu’elles représentent. L’architecture des résidences a depuis largement évolué, et les quartiers les plus défavorisés font l’objet d’opérations de renouvellement urbain menées par l’État et les collectivités locales. Lorsqu’elles ne sont pas détruites, les tours peuvent être repensées et réaménagées pour devenir des lieux de vie plus agréables. Lire la suite Des jardins en pied de logements sociaux

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour impliquer les usagers, faites-les marcher !

Soucieuses de faire participer les citoyens aux projets d’aménagement qu’elles mettent en place, les collectivités ont de plus en plus recours à la concertation publique. Une méthode qui sollicite les usagers pour décider des grandes orientations du projet, mais qui peine encore à faire venir le plus grand nombre. Une solution se profile : la balade urbaine collective. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, un petit point sur ce qu’est la démarche de concertation et les difficultés qu’elle rencontre. Lire la suite Pour impliquer les usagers, faites-les marcher !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La métamorphose des villes sans pesticides

Au 1er janvier 2017, les collectivités ne pourront plus utiliser de produits phytosanitaires (aussi appelés pesticides) pour entretenir les espaces verts et la voirie : c’est l’heure du « zéro phyto ». Une vraie révolution des pratiques pour les nombreuses communes qui en ont un usage quotidien dans le cadre de l’entretien de l’espace public. Pourquoi a-t-on besoin d’une telle réglementation, et quelles sont les conséquences de cette mesure pour les habitants ? Lire la suite La métamorphose des villes sans pesticides

Rendez-vous sur Hellocoton !